AGRICULTURE - CONVIVIALITE - ENVIRONNEMENT (A.C.E)
Bonjour et bienvenue sur ACE !!!!

Enregistrez-vous sur le forum et n'oubliez pas de renseigner votre profil.

Avant de poster pour la première fois, veuillez avoir la politesse de vous présenter aux membres ( rubrique "Présentation des Nouveaux Membres"). Merci pour eux.
anipassion.com

analyse de la situation par Marc Touati

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

default analyse de la situation par Marc Touati

Message par PatogaZ le Mar 16 Juil 2013, 19:28

je la mets car je crois en Marc Touati qui est un analyste économique qui se trompe assez rarement , il est l' auteur du "dictionnaire terrifiant de la dette " président de ACDEFI (Aux Commandes De l'Economie et de la Finance):


Marc TOUATI pas optimiste
08/07/2013 à 18:58

Le récent regain de tension autour de la situation au Portugal doit nous mettre en alerte. Le pire est peut-être devant nous estime Marc Touati, économiste chez ACDEFI, auteur du « Dictionnaire terrifiant de la dette » (éd. du Moment).

Il faudrait vraiment que les dirigeants politiques eurolandais et de trop nombreux économistes bien-pensants cessent de nous rabâcher que la crise de la zone euro est terminée. En effet, après Chypre il y a quatre mois, puis la rechute de la Grèce il y a quelques semaines, c’est au tour du Portugal de prendre un nouveau bouillon, qui pourrait d’ailleurs bien faire déborder le vase eurolandais. Et ce, même s’il ne représente que 1,8% du PIB de la zone euro. En effet, à la différence de la Grèce et de l’Irlande qui ont connu presque vingt ans de croissance forte, le Portugal est resté englué dans la mollesse économique. Ainsi, de 1990 à 2007, c’est-à-dire avant le début de la crise, la progression annuelle moyenne du PIB a atteint 2,3% au Portugal, ce qui est certes supérieur à la « performance » de la France (1,9%), mais très inférieur à celle de l’Irlande (6,4%), de la Grèce (3,1%) ou encore du voisin espagnol (3,1%).

Le comparatif des évolutions de PIB par habitant est encore plus édifiant. De 1990 à 2007 (donc, une fois encore, avant la crise), la richesse par habitant de l’Irlande a augmenté de 318% en valeur et de 129% en volume, celle de la Grèce de respectivement 383% et 53%. De quoi rappeler que la montée en puissance de l’économie hellène s’est aussi accompagnée d’une forte inflation. Toujours est-il que le Portugal reste loin de ces performances puisque, de 1990 à 2007, son PIB par habitant a seulement progressé de 187% en valeur et de 37% en volume.

Autrement dit, la Grèce et l’Irlande ont tellement « bien vécu » de 1990 à 2007 que les récentes crises qu’ils ont traversées sont certes douloureuses, mais presque supportables, en particulier pour l’Irlande qui a su redémarrer dès 2011. À l’inverse, les Portugais n’ont pas suffisamment amélioré leur niveau de vie pour pouvoir supporter une nouvelle cure d’austérité. Comme cela était déjà le cas en 1990 et en 2000, le PIB par habitant du Portugal reste même l’un des plus faibles de la zone euro. En 2012, il n’était ainsi que de 15 000 euros, contre 18 000 pour la Grèce et 35 500 euros pour l’Irlande. À titre de comparaison, celui de la France se situe à 32 000 euros par habitant.

Au classement des PIB par habitant de l’ensemble de la zone euro, l’Irlande est ainsi passée de la neuvième place en 1990 à la deuxième place de 2000 à 2009, pour finalement rétrograder en quatrième position en 2012, évidemment loin derrière le Luxembourg (83 000 euros par habitant), mais quasiment à égalité avec l’Autriche et les Pays-Bas (environ 36 000 euros). Pour un pays en crise, il y a donc pire. Dans ces conditions, l’Irlande paraît la plus à même de sortir assez rapidement de la bulle de la dette publique. Certes, cette dernière représente environ 115 % du PIB irlandais. Un niveau élevé, mais qui devrait se réduire dès 2013-2014 grâce au retour de la croissance. Pour la Grèce, ce sera évidemment beaucoup plus difficile. Certes, en matière de PIB par habitant, elle a quitté la dernière place qu’elle occupait en 1990 pour arriver à la douzième place l’an passé, malgré la crise. Son problème principal réside évidemment dans sa dette pléthorique qui avoisine les 170% du PIB malgré sa récente restructuration.

À l’inverse, si le Portugal affiche une dette publique de « seulement » 122 % de son PIB, sa structure sociale apparaît encore plus fragile que celle de la Grèce. Ainsi, d’avant dernier en 1990, son PIB par habitant est désormais dernier de la zone euro à 12, et quinzième de l’UEM à 17, ex aequo avec Malte et juste devant la Slovaquie et l’Estonie, qui étaient évidemment très loin de l’Euroland et même de l’Union européenne en 1990.

Pour ne rien arranger, le taux de chômage portugais demeure fort et la crise politique qui sévit dans le pays depuis 2011 devrait encore accroître les incertitudes, donc annihiler les chances de reprise à court terme. Dans ce cadre, les taux d’intérêt des obligations d’État ont flambé dangereusement, atteignant même un sommet de 17,5% début 2012. Et si une détente appréciable a eu lieu depuis, avec des niveaux compris entre 7 et 8% fin 2012 et même 6% au printemps 2013, ils restent encore beaucoup trop élevés, a fortiori ces derniers jours avec un niveau de 7,45%. N’oublions effectivement pas la règle de base « taux d’intérêt-croissance ». Tant que les premiers sont supérieurs à la seconde (mesurée évidemment en valeur, c’est-à-dire avec l’inflation), les chances de sortie de la bulle de la dette sont nulles. Car il n’y a pas assez de croissance pour rembourser la charge d’intérêts de la dette!

Déjà particulièrement salée depuis 2008, cette dernière n’a cessé de s’alourdir pour avoisiner les 4,5% du PIB en 2012 (après déjà 3,6% du PIB en 2011). Tant que la croissance en valeur du Portugal n’aura pas atteint 4,5%, la situation du pays demeurera inextricable. Or, en 2013, avec une baisse du PIB d’environ 3% et une inflation d’environ 1,5%, le pays subira une décroissance en valeur de 1,5%. Récession, taux d’intérêt toujours élevés, tensions politiques et sociales : les déficits publics semblent condamnés à rester massifs au moins jusqu’en 2014. D’où de nouvelles dégradations de la notation en perspective, puis une tension aggravée sur les taux d’intérêt des obligations d’État, donc plus de déficits...

C’est alors que les difficultés sociales portugaises prendront toute leur importance. Car si déjà en Irlande et en Grèce, en dépit d’une croissance forte pendant vingt ans, les dérapages sociaux sont difficiles à maîtriser, la situation risque d’être encore bien plus délicate au Portugal. Dès lors, ce pays pourrait être tenté de claquer la porte de la zone euro, devenant le maillon faible qui fera exploser cette dernière.

Nous sommes donc désolés de rappeler la simple réalité : non la crise de la zone euro n’est pas terminée. Elle pourrait même atteindre un nouveau paroxysme destructeur au cours des prochains mois.




II-41
La grand estoille par sept jours bruslera,
Nuee fera deux soleils apparoir,
Le gros mastin toute nuict hurlera,
Quand grand pontife changera de terroir. (octobre rouge)

PatogaZ
+ Admin +
+ Admin +

Messages : 74349
Date d'inscription : 09/09/2009
Age : 57
Localisation au bout de la baie de Somme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.blog-agri.com/patogaz1/52

Revenir en haut Aller en bas

default Re: analyse de la situation par Marc Touati

Message par speedy1 le Mar 16 Juil 2013, 19:46

ça y est , il a viré sa cuti ; il y a qq années il ne voyait pas de crise . Maintenant que l ont a le nez dedans il la voit !: ha 

je l ai souvent vu dans c'est dans "c dans l air" prédire des trucs qui se sont jamais réalisé ... prédire aujourdhui que l  europe est surendettée n'est qu 'un euphemisme ! 
il a du vendre tte  ses actions il est pret a encaissé la crise

speedy1
+ membre techno +

Messages : 2540
Date d'inscription : 05/01/2012
Age : 48
Localisation 37

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

default Re: analyse de la situation par Marc Touati

Message par PatogaZ le Mar 16 Juil 2013, 19:52

c' est vrai que c' est pas trop difficile de prévoir que l' europe va faire couac vu sa politique écolo sociale qui extermine toutes ses entreprises créatrices de richesses


II-41
La grand estoille par sept jours bruslera,
Nuee fera deux soleils apparoir,
Le gros mastin toute nuict hurlera,
Quand grand pontife changera de terroir. (octobre rouge)

PatogaZ
+ Admin +
+ Admin +

Messages : 74349
Date d'inscription : 09/09/2009
Age : 57
Localisation au bout de la baie de Somme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.blog-agri.com/patogaz1/52

Revenir en haut Aller en bas

default Re: analyse de la situation par Marc Touati

Message par speedy1 le Mar 16 Juil 2013, 19:57

on voudrait couler l europe que l on s y  prendrait pas mieux !: chut  
mais qui tire les ficelles que diable  scratch

speedy1
+ membre techno +

Messages : 2540
Date d'inscription : 05/01/2012
Age : 48
Localisation 37

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

default Re: analyse de la situation par Marc Touati

Message par Béret vert le Mar 16 Juil 2013, 20:54

speedy1 a écrit:ça y est , il a viré sa cuti ; il y a qq années il ne voyait pas de crise . Maintenant que l ont a le nez dedans il la voit !: ha 
je l ai souvent vu dans c'est dans "c dans l air" prédire des trucs qui se sont jamais réalisé ... prédire aujourdhui que l  europe est surendettée n'est qu 'un euphemisme ! 
il a du vendre tte  ses actions il est pret a encaissé la crise
Si mes souvenirs sont bons, Touati a toujours reproché à la France de ne pas avoir su faire les réformes nécessaires (fiscalité, droit du travail...). Curieusement, il est devenu optimiste il y a deux ou trois ans dans ses prévisions sur le CAC 40 qu'il voyait probablement croître grace à la demande mondiale.
Je rappelle ceci de mémoire, que l'on me corrige si je dis une bêtise.
 
Cela étant, comme beaucoup de financiers, il est un partisan de l'Euro. C'est là où son raisonnement coince un peu:
 
Le Portugal aurait probablement beaucoup moins de problèmes économiques sans l'Euro. Tant qu'il y avait les subventions européennes pour financer des infrastructures ( aéroport de Lisbonne, routes, etc) il y avait du travail pour les Portugais.
Une fois ces dépenses effectuées, les problèmes : les avions n'atterrissent pas à Lisbonne, qu'est-ce qu'on irait y faire, hein !? Qui va construire une usine au bout du bout de l'Europe, pour faire travailler des salariés qui coûtent beaucoup plus chers qu'au Maroc, en Slovaquie ou en Lettonie ?
 
Maintenant, le miracle Irlandais:
C'est une réalité. Remarquons que c'est le pays de la zone euro où les entreprises paient le moins d'impôts. Flamby devrait y réflechir....

Béret vert
+ membre techno +

Messages : 12592
Date d'inscription : 13/09/2009
Age : 59
Localisation Chez les cannibales

Voir le profil de l'utilisateur http://www.blog-agri.com/beretvert/

Revenir en haut Aller en bas

default Re: analyse de la situation par Marc Touati

Message par speedy1 le Mar 16 Juil 2013, 21:02

Il a souvent vanté les actions comme seul placement interessant , et encore juste avant le crac de 2000, qu une poigné  d investisseur avisé avait vu venir , style ROGER  . Il a denigré l'or au debut de sa phase ascencionnelle , il comprenait pas pourquoi il montait ...  si ma mémoire est bonne il es taussi gestionnaire de portefeuille , il va pas se tirer une balle ds le pied !  
L euro a été fait par les financiers et pour les financiers afin de facilité les échanges encore financiers !
il faut viré les requins de la finance qui gangrene l economie REELLE

speedy1
+ membre techno +

Messages : 2540
Date d'inscription : 05/01/2012
Age : 48
Localisation 37

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

default Re: analyse de la situation par Marc Touati

Message par PatogaZ le Mar 16 Juil 2013, 21:03

l' europe , c' est comme une maison où il fait 22 ° et dehors il gèle à -20 °

ouvrons les portes et les fenêtres pour réchauffer l' extérieur

mais non bande de cons on va tous se les cailler (remarque que sur le plan de l' équité , ça se tient !!!!) : ha 77 


II-41
La grand estoille par sept jours bruslera,
Nuee fera deux soleils apparoir,
Le gros mastin toute nuict hurlera,
Quand grand pontife changera de terroir. (octobre rouge)

PatogaZ
+ Admin +
+ Admin +

Messages : 74349
Date d'inscription : 09/09/2009
Age : 57
Localisation au bout de la baie de Somme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.blog-agri.com/patogaz1/52

Revenir en haut Aller en bas

default Re: analyse de la situation par Marc Touati

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 14:42


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum