AGRICULTURE - CONVIVIALITÉ - ENVIRONNEMENT (A.C.E)
Bonjour et bienvenue sur ACE !!!!

Enregistrez-vous sur le forum et n'oubliez pas de renseigner votre profil.

Avant de poster pour la première fois, veuillez avoir la politesse de vous présenter aux membres ( rubrique "Présentation des Nouveaux Membres"). Merci pour eux.
Statistiques
Nous avons 4550 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est rem13

Nos membres ont posté un total de 2661112 messages dans 77192 sujets
la récolte ACE

Pétrole pas mort Bannie10
Guilbart

matériel et équipement agriculture
dette de la France

compteur de la dette
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.


    Pétrole pas mort

    Aller en bas

    default Pétrole pas mort

    Message par EtienneCH4 le Mar 10 Avr 2018, 20:02

    il y a un peu de temps, je disais que les écolos pouvaient faire du vent, ça n'arrêtera pas le monde en marche,
    "les chiens aboient, la caravane passe" toujours d'actualité
    Regardez le nombre d'emplois créés (8000), avant Total faisait ça en France
    <<
    AFP parue le 10 avr. 2018 à 14h58
    Le groupe français Total et le saoudien Saudi Aramco ont annoncé mardi avoir signé un protocole d'accord en vue de construire un site pétrochimique en Arabie saoudite, un projet représentant un investissement d'environ 5 milliards de dollars.
    Ce complexe "s'intègrera en aval de la raffinerie SATORP", détenue à 62,5% par Saudi Aramco et 37,5% par Total, précise un communiqué du groupe français, publié en marge d'une visite officielle du prince héritier Mohammed ben Salmane en France. Située à Jubail dans l'est de l'Arabie saoudite, c'est la plus grosse raffinerie de Total dans le monde.
    "Ce projet illustre notre stratégie qui consiste à maximiser l'intégration de nos grandes plateformes raffinage-pétrochimie", a déclaré Patrick Pouyanné, PDG de Total, cité dans le communiqué.
    Il sera conçu "de façon à maximiser les synergies opérationnelles entre les sites", précise le document.
    Le complexe comprendra un vapocraqueur sur charges mixtes et des unités pétrochimiques à haute valeur ajoutée associées.
    Ce vapocraqueur alimentera également d'autres usines pétrochimiques et de chimie de spécialités, qui seront construites à proximité. Ces projets représentent "pour les investisseurs tiers" un investissement de 4 milliards de dollars.
    "Au total, ce sont 9 milliards de dollars qui seront investis, permettant de créer 8.000 emplois locaux directs et indirects", souligne Total.
    Les deux partenaires ont prévu de commencer les études d'ingénierie au troisième trimestre 2018.
    Mise en service en 2014, la raffinerie SATORP a une capacité de production de 440.000 barils par jour.
    Le groupe français n'avait jamais fait mystère de son intention de développer l'activité pétrochimique en aval de cette énorme raffinerie saoudienne.
    Sa stratégie est en effet de s'appuyer sur les grandes plateformes qui intègrent le raffinage (qui transforme le pétrole brut en carburant) et la pétrochimie (qui permet de produire des matières utilisées pour la fabrication des plastiques, cosmétiques, etc.).
    Tous droits de reproduction et de représentation réservés – ©️ Agence France-Presse

    EtienneCH4
    EtienneCH4
    + membre techno +

    département : sud Manche et centre Chine
    Messages : 4305
    Date d'inscription : 09/09/2015
    Age : 77
    Localisation Lapenty et Wuhan

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: Pétrole pas mort

    Message par EtienneCH4 le Ven 11 Jan 2019, 15:43

    confirmation des prévisions, gardez votre tracteur au chaud, il pourra servir à nouveau,
    surtout si les recherches pour faire du fuel avec la photosynthèse et le CO2 aboutissent bientôt,
    par contre, on aura besoin de CO2, ça les écolos ont pas prévu !!!
    <<
    c'est fastidieux à lire, prendre le temps, reelax, !!
    mais après tu pourras discuter avec le big boss du giec !!

    Ça y est ! Le seuil de production de 100 millions de barils de pétrole par jour est désormais atteint. Il y a cinquante ans, on en consommait le tiers et c’est une perspective que beaucoup d’experts autoproclamés n’avaient pas envisagé. C’est une nouvelle occasion de répéter, à l’intention de ces « experts » et de ceux qui leur emboîtent le pas, qu’il est temps de cesser la rengaine de la fin du pétrole.
    Bien que toutes les annonces passées relatives à la fin du pétrole aient été démenties par les faits, des semeurs de peur s’aventurent encore à lancer ces prévisions fantaisistes. S’ils le font, c’est parce que la peur fait vendre. Tout le monde y trouve son compte: le public reçoit sa dose d’adrénaline – même s’il se plaint du prix prohibitif de son plein de carburant – les auteurs perçoivent leurs droits, les éditeurs vendent des livres ou de la publicité sur leur site internet et des traders actifs à Genève profitent de la situation pour gagner, ne serait-ce que quelques cents en plus, sur les millions de barils de pétrole brut qu’ils négocient.
    Toute la difficulté vient du fait que l'on confond ressources et réserves.
    La première référence, avec des conséquences législatives bien documentées, à la fin du pétrole que j’ai trouvée remonte à 1924 quand la CIA avait confirmé les « études » de Henry Latham Doherty, le fondateur de l’entreprise de services énergétiques Cities Service selon lesquelles le pétrole allait bientôt manquer. Le développement de l’automobile avec moteur à essence était alors en plein boom (supplantant l’électrique) et le président des États-Unis de l’époque, Calvin Coolidge, crut bon d’intervenir par la législation. Il mit en place un attirail de mesures que les législateurs modernes, tout aussi convaincus de la fin imminente de l’or noir sur la base d’études décrétées sérieuses, n’ont eu qu’à copier : auditions avec les parties prenantes, régulation par l’État, création d’une agence fédérale et allocations de quotas de production, etc.
    Voyons pourquoi toutes ces craintes se sont avérées erronées. Toute la difficulté vient du fait que l'on confond « ressources » et « réserves ». Les ressources sont inconnues puisque personne ne connaît avec précision où elles se trouvent et leur volume. Dans le domaine minéral, les océans recèlent par exemple d’immenses quantités d’or mais on ne sait pas vraiment combien : sa dilution est telle qu’il n’y a – avec les technologies actuelles – aucune perspective d’exploitation économique. Cet or est une ressource et non pas une réserve. Morris Alderman, un géologue expert pétrolier, avait raison lorsqu’il écrivait : « les ressources sont inconnues, il est impossible de les mesurer et elles sont sans importance » !
    Les réserves pétrolières dépendent du prix que l'on est prêt à payer…
    Il en va autrement pour les réserves. Elles sont connues parce qu’on les quantifie de façon précise (géologie, géophysique) et elles sont importantes parce qu’elles déterminent la valeur boursière des entreprises pétrolières. Souvenons-nous de la chute du cours en Bourse de Royal Dutch Shell en 2004, lorsque cette compagnie pétrolière avait révélé que ses réserves étaient de 4,5 milliards de barils inférieures à celles annoncées précédemment (une différence de 23%).
    Les réserves pétrolières – c’est aussi vrai pour le gaz naturel ou pour tout autre produit de l’industrie minière – dépendent du prix que l'on est prêt à payer, d’abord pour les découvrir et ensuite pour les exploiter. En conséquence, les réserves sont fonction du prix de marché prévisible à moyen terme, et donc aussi de la technologie qui permet d'exploiter cette ressource devenue réserve (à un coût satisfaisant au regard du prix de marché). Le smartphone sur lequel vous lisez peut-être ce texte n’a absolument rien à voir avec le téléphone à cadran rotatif qu’utilisait votre mère ou votre grand-père. La technologie évolue. Elle nous surprend. Celle de l’industrie pétrolière aussi. Elle fait chuter les coûts d’exploration et de production. Les réserves évoluent donc au fur et à mesure des améliorations de la technologie, et cette évolution ne date pas d’aujourd’hui…
    Le pétrole ne sera jamais épuisé ! Le jour où il deviendra trop cher par rapport aux autres solutions, il ne sera plus extrait.
    Aucun commerce, aucun supermarché, aucune boulangerie, aucune pharmacie ne détient en magasin ou officine plus que ce qu'il pense vendre prochainement. Il en est de même pour les industries extractives. Elles investissent pour produire en fonction du marché prévisible. Il faudrait être fou pour dépenser des millions d'euros uniquement pour clouer le bec des oiseaux de mauvaise augure en leur montrant que les réserves sont plus abondantes que nécessaire.
    Le pétrole ne sera jamais épuisé ! Le jour – sans doute lointain mais certainement inéluctable – où il deviendra trop cher par rapport aux autres solutions, il ne sera plus extrait. Il restera enfoui à jamais, tout comme le charbon qui se trouve dans le sous-sol du Pas-de-Calais... La houille qui a fait la gloire du Nord était devenue d’abord trop chère à extraire, puis inutile car le nucléaire a remplacé les centrales électriques au charbon en France. Les réserves de charbon ne se sont pas épuisées. Elles ont constitué des ressources jusqu’au développement des houillères au 19e siècle ; elles sont ensuite redevenues des ressources et le resteront désormais à jamais.
    Cela adviendra pour le pétrole aussi le jour où les chimistes auront découvert des catalyseurs qui favoriseront la réaction de la photosynthèse artificielle. À partir de l’énergie du soleil (les photons), d’eau et de CO2 – l’objet de tant de méfiance aujourd'hui – on produira alors les hydrocarbures qui sont pour l’instant extraits ou produits à partir du pétrole. Pour le moment, nous n’en sommes, hélas, qu’au niveau de la recherche fondamentale. À titre d’exemple, on peut citer les travaux du Professeur Marc Fontecave du Collège de France, une sommité en la matière, qui essaie de « s’inspirer » des enzymes pour mettre au point des catalyseurs qui copieront la nature
    . Dans la présentation de son cours de 2018 au Collège de France, il indique qu’ « après des centaines d'années où nous avons brûlé des hydrocarbures pour faire du CO2, le rêve est ici de faire le chemin inverse, c'est-à-dire de transformer le CO2 en hydrocarbures ». Ça, c’est pour demain. Et aujourd’hui ?
    Grâce à la technologie, le monde de l’énergie a connu une révolution inédite mais il reste toujours difficile d’établir des prévisions sur le prix du pétrole ; tout le monde s’y fourvoie. Pendant des décennies, la gestion de ces réserves essentielles comporta une dimension temporelle explicite, les propriétaires des réserves de pétrole tenant compte de la valeur du précieux liquide conservé « dans le sous-sol » (une théorie économique développée par Harold Hotelling en 1931). Jusqu’à présent, on a souvent pensé que conserver pour demain le pétrole en tant qu’actif physique dans le sous-sol pourrait être plus intéressant financièrement que le transformer aujourd'hui en un actif financier. C’est la base de la politique des pays de l’OPEP. Avec des coûts de production de l’ordre de 2 $/baril dans un marché ouvert, ils auraient pu être les seuls à vendre du brut mais ils ont préféré garder leur pétrole dans leur « coffre-fort » dans l’espoir d’en retirer plus d’argent à l’avenir.
    Or, cette théorie économique est remise en question dans le cas du pétrole. La géographie du monde a changé grâce à la Convention des Nations Unies du Droit de la Mer, l’arrivée de nouveaux pays producteurs et la concurrence du gaz naturel. Grâce au développement du gaz de roche-mère aux États-Unis et aux nouvelles découvertes de gisements de gaz naturel conventionnel à travers le monde (Asie centrale, Mozambique, Égypte, Israël, Chypre, Australie, Papouasie-Nouvelle-Guinée, et bientôt en offshore algérien et libyen, etc.), le marché gazier deviendra enfin concurrentiel. Le gaz naturel devient de plus en plus abondant, disponible et abordable.
    Le 2 novembre 2018, l’entreprise Cuadrilla a réalisé sa première extraction de gaz de roche-mère sur son site situé dans le nord-ouest de l'Angleterre. La British Geological Survey estime que les ressources en gaz de roche-mère dans le nord de l’Angleterre pourraient contenir 37 000 milliards de m3 de gaz, dont 10% pourraient satisfaire la demande du pays pendant près de 40 ans.
    La Russie, le Qatar et l’Iran auront de vrais concurrents et ne pourront plus contrôler le prix de cette énergie primaire. En conséquence, le « pétrole dans le sous-sol » ne saurait plus être un actif aussi précieux qu’on le prévoyait avant le changement du marché du gaz naturel. Cela crée de facto un plafond naturel pour le prix du pétrole.
    La fin du pétrole viendra plus vite qu’on ne le pense mais en faveur d’une autre énergie fossile : le gaz naturel.
    La nouvelle géopolitique du gaz fait que le gaz naturel liquéfié (GNL) devient un carburant de transport tout indiqué pour les transports de marchandises, les navires et les trains, et le gaz naturel comprimé (GNC) un carburant urbain « propre » pour les voitures privées. L'évolution est inéluctable aussi parce que les infrastructures de transport et de distribution du gaz naturel sont en place, contrairement à toutes les autres solutions proposées pour les carburants alternatifs(1).
    Pour ne citer que deux exemples, aux États-Unis, les véhicules de livraison de la société de courrier UPS fonctionnent de plus en plus au GNL. Avec 32,6 millions de kilomètres parcourus sans encombre, le projet de démonstration de la Commission européenne LNG Blue Corridor s’est révélé un grand succès, ce qui prouve qu’il n’y a plus rien à démontrer dans le transport de marchandises avec des camions opérant au gaz naturel sur les autoroutes européennes. Il n’y a plus qu’à l’appliquer massivement.
    Le gaz naturel constitue donc la solution « propre » pour le transport, tant interurbain qu’urbain. Il est d’ailleurs déjà utilisé dans la pièce la plus propre de nos maisons : la cuisine. Le sort des réserves de pétrole ne dépend ainsi pas du développement des énergies renouvelables mais de celui du gaz naturel. La fin du pétrole viendra plus vite qu’on ne le pense mais en faveur d’une autre énergie fossile : le gaz naturel.
    Dans une interview récente au Financial Times, le directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie Fathi Birol se préoccupait de la croissance des constructions de centrales électriques au charbon en Chine, rappelant que ces nouvelles centrales vont « verrouiller la trajectoire des émissions mondiales de CO2 »(2). Ce sera également le cas des centrales au gaz naturel... Parce qu’il n’y a pas moyen d’assurer la croissance du monde, une priorité absolue en dehors de l’UE, sans cette énergie qui est la surprise énergétique du 21e siècle.

    • parue le 08 nov. 2018

    Sources / Notes

    1. Commentaire de l'auteur : le véhicule électrique restera quant à lui marginal par manque de capacités électriques suffisantes : en Belgique, 10% du parc automobile actuel converti à l’électricité nécessiterait par exemple, pour bénéficier d’une charge rapide simultanée, de doubler la puissance installée des centrales électriques existantes dans le pays. « La voiture électrique va aggraver le chaos électrique », Samuel Furfari dans L’Écho, 3 octobre 2018.
    2. « New Asian coal plants knock climate goals off course », Financial Times, 31 octobre 2018.

    « The changing world of energy and the geopolitical challenges », Samuele Furfari.
    EtienneCH4
    EtienneCH4
    + membre techno +

    département : sud Manche et centre Chine
    Messages : 4305
    Date d'inscription : 09/09/2015
    Age : 77
    Localisation Lapenty et Wuhan

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: Pétrole pas mort

    Message par fergie62 le Ven 11 Jan 2019, 15:54

    fergie62
    fergie62
    + membre techno +

    département : 62
    Messages : 23680
    Date d'inscription : 25/10/2011
    Age : 36
    Localisation Artesië

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: Pétrole pas mort

    Message par yaya le Ven 11 Jan 2019, 16:23

    Bien cet article . Merci Etienne 

    La voiture electrique est decidement une mauvaise idée
    yaya
    yaya
    + membre techno +

    Messages : 7882
    Date d'inscription : 20/09/2010
    Age : 56
    Localisation Ostland

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: Pétrole pas mort

    Message par spontus le Ven 11 Jan 2019, 19:41

    yaya a écrit:Bien cet article . Merci Etienne 

    La voiture electrique est decidement une mauvaise idée
      Je trouve bien également , mais quid du biogaz si le prix du gaz naturel dégringole ? :réfléchi
    spontus
    spontus
    + membre techno +

    Messages : 6629
    Date d'inscription : 03/01/2012
    Age : 57
    Localisation nord- est du finistère

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: Pétrole pas mort

    Message par jean le Sam 12 Jan 2019, 07:22

    spontus a écrit:
    yaya a écrit:Bien cet article . Merci Etienne 

    La voiture electrique est decidement une mauvaise idée
      Je trouve bien également , mais quid du biogaz si le prix du gaz naturel dégringole ? :réfléchi
    Dans ce que j'ai , il est dit que la place du gaz allait prendre de l'importance, il n'a pas parlé de baisse prix...

    jean
    + Membre Accro +

    Messages : 241
    Date d'inscription : 04/01/2011
    Age : 49
    Localisation moselle

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: Pétrole pas mort

    Message par spontus le Sam 12 Jan 2019, 13:13

    jean a écrit:
    spontus a écrit:
    yaya a écrit:Bien cet article . Merci Etienne 

    La voiture electrique est decidement une mauvaise idée
      Je trouve bien également , mais quid du biogaz si le prix du gaz naturel dégringole ? :réfléchi
    Dans ce que j'ai , il est dit que la place du gaz allait prendre de l'importance, il n'a pas parlé de baisse prix...


    S'il y a davantage d'offres d'origines différentes on peut envisager une baisse de prix !
    spontus
    spontus
    + membre techno +

    Messages : 6629
    Date d'inscription : 03/01/2012
    Age : 57
    Localisation nord- est du finistère

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: Pétrole pas mort

    Message par EtienneCH4 le Sam 12 Jan 2019, 13:54

    les energies dites vertes ou renouvelables, c'est pour amuser la galerie,
    entendu hier soir mon voisin de table, PR ex fillon-boy, mais sénateur,
    l'énergie "verte", faut se dépécher de monter les projets pendant que les ecolos sont encore en place, après ce sera fini, retour à la normale, plus de sous !!
    pas parlé du devenir de l'éxistant,
    mais bonne question à poser aux ardents défenseurs du système,

    pour l'instant l' Ademe dit qu'il faut accélérer les réalisations, mais en financement perso car c'est un investissement d'avenir, (connards)
    si on fait un projet à la ferme, c'est pas sur leurs critères qu'il faut le faire, faut prévoir la reconversion dès le départ, faire du fuel au lieu du gaz,
    EtienneCH4
    EtienneCH4
    + membre techno +

    département : sud Manche et centre Chine
    Messages : 4305
    Date d'inscription : 09/09/2015
    Age : 77
    Localisation Lapenty et Wuhan

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: Pétrole pas mort

    Message par yaya le Sam 12 Jan 2019, 16:28

    Tout le pognon pars dans les frais de fonctionnement ( le social) , plus rien dans l'investissement .
    yaya
    yaya
    + membre techno +

    Messages : 7882
    Date d'inscription : 20/09/2010
    Age : 56
    Localisation Ostland

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: Pétrole pas mort

    Message par rve le Sam 12 Jan 2019, 16:50

    Et le peu c investissements qui se font dans la recherche en France sont privés.  Les ''trouveurs '' ne rsete , en general que tres peu en France ou les découvertes sont achetées par des ''etrangers'' . Développer une production à petite échelle , possible dans notre pays mais une très grosse PME. .... vu les charges ...

    rve
    + membre techno +

    Messages : 1951
    Date d'inscription : 23/11/2011
    Age : 47
    Localisation bourgogne du sud

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: Pétrole pas mort

    Message par Contenu sponsorisé


    Contenu sponsorisé


    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum