AGRICULTURE - CONVIVIALITÉ - ENVIRONNEMENT (A.C.E)
Bonjour et bienvenue sur ACE !!!!

Enregistrez-vous sur le forum et n'oubliez pas de renseigner votre profil.

Avant de poster pour la première fois, veuillez avoir la politesse de vous présenter aux membres ( rubrique "Présentation des Nouveaux Membres"). Merci pour eux.
AGRICULTURE - CONVIVIALITÉ - ENVIRONNEMENT (A.C.E)
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Statistiques
Nous avons 4861 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est scea rasset

Nos membres ont posté un total de 2852865 messages dans 81805 sujets
larécolte

larecolte
Guilbart

matériel et équipement agriculture
dette de la France

compteur de la dette
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Adieu mes amis
    AgrimarneIvanquoiMassey8210Camomille
    Le Deal du moment : -10%
    -30€ sur Apple Watch SE (GPS, 40 mm)
    Voir le deal
    269 €
    -49%
    Le deal à ne pas rater :
    SanDisk Carte microSDXC UHS-I pour Nintendo Switch 128 Go
    21.99 € 42.99 €
    Voir le deal

    Gerald Moussa DARMANIN ministre de l'intérieur ??

    Aller en bas

    default Gerald Moussa DARMANIN ministre de l'intérieur ??

    Message par EtienneCH4 le Jeu 16 Juil 2020, 00:43

    pas vu de commentaire sur notre nouveau sinistre du soi-disant "intérieur"
    ci après sa bio "publique" je précise qu'elle est publiqu et accessible à tous et qu'elle n'a pas été contestée par le ci-devant citoyen darmanin, en ces temps assez nauséabonds, je préfère préciser,
    source = Wikipedia
    <<

    Famille et vie privée

    Gérald Moussa Darmanin1 naît le 11 octobre 1982 à Valenciennes (Nord)2.
    Il est le fils de Gérard Darmanin, tenancier de bar à Valenciennes, et d'Annie Ouakid, femme de ménage1 ou conciergeN 2 à la Banque de France. Son grand-père paternel, Rocco Darmanin, est Maltais avec de possibles origines juives tunisiennes3,4,5,6. Son grand-père maternel, Moussa Ouakid, né en 1907 dans le douar d'Ouled Ghalia (aujourd'hui dans la commune de Khemis El Khechna) en Algérie, a été tirailleur algérien1, résistant dans les Forces françaises de l'intérieur (FFI) en 19447 et harki8.
    Gérald Darmanin est divorcé et sans enfant9.

    Formation

    Il effectue ses études secondaires au lycée des Francs-Bourgeois, un établissement privé catholique du 4e arrondissement de Paris. Il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Lille (2007)10.

    Parcours politique

    Débuts

    Gérald Darmanin commence à militer et prend sa carte au Rassemblement pour la République (RPR) à 16 ans11,12. Il est d'abord proche de Jacques Toubon13, dont il devient l'assistant parlementaire au Parlement européen au cours de son année d'étude à l'étranger11. Il intègre la direction des Jeunes du RPR13. Avec la création de l'Union pour un mouvement populaire (UMP), dont il est particulièrement critique, il est, comme la plupart des anciens dirigeants des Jeunes du RPR, évincé de la direction des Jeunes populaires au profit des Jeunes libéraux en 200313.
    Gérald Darmanin rejoint Christian Vanneste en 2004, après que ce dernier a été condamné en première instance pour ses propos sur l'homosexualité13. Pour Jean-Baptiste Forray, Darmanin suit Vanneste dans « la zone grise à la lisière de la droite et de l'extrême droite »14. En 2005, il lui succède comme délégué de l'UMP dans la dixième circonscription du Nord13. D'après l'universitaire Anne-Sophie Petitfils, il « procède à un travail de sélection implicite des adhérents les plus attachés à la personne du député » et, près de deux ans avant le premier tour des élections législatives de 2007, met en œuvre une stratégie qui « s’apparente à une forme de néo-clientélisme », consistant à « offrir des biens divisibles et [à] proposer des interventions personnelles à ses électeurs »13. Selon la journaliste du Canard enchaîné Anne-Sophie Mercier, Darmanin adopte une position catholique traditionaliste « tendance intégriste » et une position homophobe15.
    Directeur de campagne de Christian Vanneste pour les élections législatives de 2007 et les élections municipales de 2008, lors desquelles il est élu conseiller municipal, il préside le groupe UMP et apparentés au conseil municipal de Tourcoing depuis le retrait de ce dernier. Au niveau national, il est conseiller aux affaires juridiques au sein de l'UMP auprès de Xavier Bertrand, alors secrétaire général du parti16. Par l'entremise de Guy de Chergé, il collabore en 2008 au mensuel Politique magazine, organe de presse d’extrême droite inspiré de Charles Maurras, lié à l'Action française et au mouvement Restauration nationale17.
    Il a été le chef de cabinet de David Douillet au secrétariat d'État chargé des Français de l'étranger, puis au ministère des Sports avant d'être nommé directeur de cabinet18 le 13 avril 2012.
    Il est élu conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais en mars 2010.

    Député et élu local

    Gérald Darmanin est élu député de la dixième circonscription du Nord le 17 juin 2012, il crée le lobby Cadets-Bourbons19. Lors de la séance d'élection du président de l'Assemblée nationale, le 26 juin 2012, il est secrétaire de séance, étant un des six plus jeunes députés de France.
    Gerald Moussa DARMANIN ministre de l'intérieur ?? 170px-G%C3%A9rald_DARMANIN_%28cropped%29
    Gérald Darmanin en 2013.
    Il est l'un des députés UMP à voter en octobre 2012 contre le Pacte budgétaire européen. Le 6 juillet 2012, il appelle la ministre des Sports Valérie Fourneyron à « interdire le port du voile sur les terrains de football de notre pays » en réponse à la décision prise la veille par la Fifa20. Il signe la déclaration de principe du courant « La Droite populaire »21 et soutient la candidature de Xavier Bertrand pour la présidence de l'UMP lors du congrès d'automne 2012 dont il est le coordinateur, avant de se rallier à François Fillon22.
    Après l'appel lancé par des associations de parents à retirer les enfants de l'école pour protester contre l'introduction de contenus inspirés de la dite « théorie » du genre, il déclare : « La théorie du genre est absurdité absolue. Il faut s’y opposer totalement »23.
    En mars 2014, il se présente aux élections municipales à Tourcoing. Gérald Darmanin est élu avec 45,6 % des voix au second tour de l'élection, devant la liste conduite par le maire sortant Michel-François Delannoy, faisant ainsi passer la mairie de Tourcoing à droite. Ayant rétabli l'accès automobile au centre-ville, il déclare alors: « La voiture en soi n’est pas polluante »24.
    En mai 2014, touché par le plafonnement des indemnités à cause de ses mandats de député du Nord, de vice-président de la MEL (72,5 % de l'indice brut 1 022), de président des syndicats mixtes SMALIM et SMIRT notamment, Gérald Darmanin annonce vouloir renoncer « au cumul des indemnités » et à ses 3 100 euros d'indemnités comme maire de Tourcoing25. Les adjoints au maire acceptent également une réduction de 5 % de leurs indemnités26.
    En septembre 2014, il devient porte-parole de la campagne de Nicolas Sarkozy, candidat à la présidence de l'UMP. Après la victoire de celui-ci, il est nommé, le 4 décembre, secrétaire général adjoint aux élections27.
    Il est directeur de campagne de Xavier Bertrand pour les élections régionales de 2015 en Nord-Pas-de-Calais-Picardie28. Après sa victoire, en situation de cumul de mandats29, il démissionne de son poste de député30. Il est élu vice-président du conseil régional des Hauts-de-France, chargé des transports, des infrastructures de transport, des relations internationales, des transfrontaliers, du tourisme et de la communication.
    Critiquant « l'entourage » et la « méthode » de Nicolas Sarkozy, il annonce peu après qu'il quitte la direction nationale des Républicains et donc son poste de secrétaire général adjoint31. Cependant, quelques mois plus tard, il lui apporte son soutien pour la primaire française de la droite et du centre de 201632. Le 29 août, il est nommé coordinateur de campagne. Le 29 novembre, après la victoire de François Fillon, il est nommé secrétaire général adjoint des Républicains, en tandem avec Annie Genevard33.
    Le 3 mars 2017, dans le cadre de l'affaire Fillon, il renonce à soutenir le candidat LR François Fillon à l'élection présidentielle34 avant de démissionner de ses fonctions de secrétaire général adjoint du parti Les Républicains deux jours plus tard35,36.

    Ministre de l'Action et des Comptes publics

    Le 17 mai 2017, il est nommé ministre de l'Action et des Comptes publics au sein du gouvernement d'Édouard Philippe. Quelques mois auparavant, il critiquait pourtant Emmanuel Macron, le qualifiant de « poison définitif » de la Ve République et de « pur produit du système »37. Bernard Accoyer annonce alors qu'il ne fait plus partie des Républicains38. Cependant, François Baroin annonce dès le lendemain qu'il n'est pas formellement exclu du parti39. Il est exclu des Républicains le 31 octobre 2017, avec le ministre Sébastien Lecornu et les députés Franck Riester et Thierry Solère40. Le 25 novembre 2017, il adhère à La République en marche41.
    Selon la règle tacite édictée par l'Élysée, un ministre doit démissionner de son mandat de maire dans le mois qui suit sa nomination42,43. Il annonce le 3 août 2017 qu'il quittera son poste de maire le 1er septembre 201744, ce qu'il fait. Cependant, il reste premier adjoint au maire de Tourcoing.
    Il porte la réforme du prélèvement de l'impôt à la source, initiée sous le quinquennat précédent et qui entre en vigueur début 2019.
    Lors du mouvement des Gilets jaunes, il se plaint des « additions dans les restaurants parisiens tournant autour de 200 euros lorsque vous ne prenez pas de vin », ce qui est perçu comme un élément de déconnexion entre le train de vie des personnalités politiques et le quotidien des Français45,46. Peu après, il déclare que « c'est la peste brune qui a manifesté » à Paris47.
    En mars 2019, il annonce devant une assemblée d'étudiants de l'ESSEC la volonté du gouvernement de supprimer la déclaration de revenus annuelle pour les personnes dont la situation fiscale n'évolue pas d'une année sur l'autre48,49. Il considère que « cela permettra de simplifier la vie des citoyens et de faire des économies »50. Cette mesure pourrait être mise en place à partir de 2020 ou 2021.
    Le 9 mars 2019, il indique s'interroger sur la suppression de la taxe sur l'audiovisuel public, ou redevance télévisuelle51. Il justifie cette proposition par les difficultés pour adresser cet impôt, alors que la taxe d'habitation sur laquelle il est prélevé est amenée à disparaître52. Il précise qu'il a proposé cette suppression à Emmanuel Macron et à Édouard Philippe53,54.
    Alors qu'il est au gouvernement, il se présente comme tête de liste aux élections municipales de 2020 pour redevenir maire de Tourcoing55,56. La liste qu'il conduit l'emporte dès le premier tour avec 60,9 % des suffrages57, dans le contexte de la pandémie de Covid-19 et alors que la majorité présidentielle enregistre un résultat d'ensemble défavorable à l'issue de ce tour58. Élu maire le 23 mai 202059, il cumule ce mandat avec sa fonction de ministre, contrairement à la pratique instaurée par Lionel Jospin en 1997 et à la promesse faite par l’exécutif avant les élections60,61,62 ; il y est autorisé par Emmanuel Macron et Édouard Philippe, alors qu'il envisage de quitter le gouvernement dans le cas contraire63.

    Ministre de l'Intérieur

    Le 6 juillet 2020, il est nommé ministre de l'Intérieur, intégrant le gouvernement du nouveau Premier ministre, Jean Castex, qui forme le troisième gouvernement de la présidence d’Emmanuel Macron64. Il démissionne alors du conseil régional des Hauts-de-France et, après un délai de réflexion, indique qu'il quittera ses fonctions de maire de Tourcoing le 14 juillet 202065,66. Le 7 juillet a lieu la passation des pouvoirs avec son prédécesseur, Christophe Castaner, tandis que des manifestations sont organisées place Beauvau et devant l'église de la Madeleine par des activistes et des associations féministes pour dénoncer sa nomination au ministère de l'Intérieur, Gérald Darmanin étant visé par une enquête concernant une accusation de viol (voir infra)67. Âgé de 37 ans, il devient le plus jeune ministre de l'Intérieur de la Ve République68.

    Controverses et affaires judiciaires

    Cumul des mandats et des indemnités

    Dès novembre 2017, L'Obs révèle que Gérald Darmanin continue de cumuler ses mandats de conseiller régional et de vice-président de la métropole européenne de Lille avec sa fonction ministérielle. Auparavant, il avait déclaré être « pour le cumul des mandats » mais « contre le cumul des indemnités »69.
    Sur sa déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique déposée après sa nomination au gouvernement, il déclare cumuler ses indemnités de maire, de vice-président puis de conseiller régional des Hauts-de-France, de vice-président de la MEL et, depuis mai 2017, de ministre, mais également de 28 sièges au sein d'organismes publics ou privés ou de sociétés en tant que représentant d'une collectivité locale70.
    Selon René Dosière, la loi ne permet toutefois pas aux ministres de percevoir « plus d'une demi fois le montant de l'indemnité parlementaire », soit 2 799,89 euros bruts par mois, en plus de la rémunération de ministre de 9 940 euros69. Gérald Darmanin dépasserait donc le plafond légal autorisé, mais a indiqué ne pas être au courant de cette règle69.
    En septembre 2018, le site d'information Médiacités révèle que plus d’un an après sa nomination comme ministre, Gérald Darmanin est toujours premier adjoint au maire de Tourcoing, vice-président de la MEL et conseiller régional, mais qu'il a abandonné la plupart de ses autres fonctions71. Le site relève également ses absences et indique notamment que la région Hauts-de-France lui verse 100 % de son indemnité alors qu'il n'est présent qu'à 20 % des séances du conseil régional71,72.
    Le 23 novembre 2018, il démissionne de son poste de vice-président de la métropole européenne de Lille73.
    À partir du 23 mai 2020, alors qu'il est toujours ministre de l'Action et des Comptes publics, il se trouve de nouveau en situation de cumul après avoir été élu maire de Tourcoing74,75. Il déclare alors que le président de la République et le Premier ministre l'ont « autorisé, pendant un temps et vu les circonstances exceptionnelles » liées à la pandémie de Covid-19, « à exercer ces deux fonctions […] mais sans cumuler les rémunérations » : il indique qu'il ne touchera pas celle liée à la fonction de maire62.

    Accusations d'abus de faiblesse en 2015

    Gérald Darmanin a été accusé d'abus de faiblesse par une habitante de Tourcoing, qui l'a accusé de l'avoir obligée à des relations sexuelles en échange de l'obtention d'un logement et d'un emploi en 2015. L'enquête a été classée sans suite en mai 2018 après le constat selon lequel n'ont été établies ni l'absence de consentement de la plaignante, ni l'existence de violence ou contrainte à son endroit76.

    Accusations de viol et de harcèlement en 2018

    Gérald Darmanin a été mis en cause dans une deuxième affaire. Sophie Patterson-Spatz, une sympathisante de l'UMP âgée de 46 ans, a saisi un juge d'instruction pour viol, harcèlement sexuel et abus de confiance en janvier 201877. Les faits auraient eu lieu en 2009, alors que la plaignante avait contacté l'UMP pour tenter de faire annuler une condamnation de 2004 pour chantage et appels malveillants envers un ex-compagnon. Gérald Darmanin la reçoit alors en tant que chargé de mission au service des affaires juridiques. Selon la plaignante, Gérald Darmanin aurait conditionné son aide dans ce dossier à l'octroi de faveurs sexuelles. Toujours selon la plaignante, s'en serait suivi un rapport sexuel non consenti dans une chambre d'hôtel après une visite dans un club libertin à Paris.
    Cette accusation a fait l'objet d'un premier classement sans suite en juillet 2017. Une nouvelle plainte et une nouvelle enquête ont de nouveau été classées sans suite en février 201878. À la suite d'une troisième plainte avec constitution de partie civile entraînant la désignation d'un juge d'instruction, un non-lieu est prononcé en août 201879, non-lieu dont la plaignante fait appel, mais son recours est considéré trop tardif par la Cour d'appel dans une ordonnance rendue en octobre 2018. En novembre 2019, la Cour de cassation a toutefois ordonné à la chambre de l'instruction le réexamen de la validité du non-lieu dont avait bénéficié Gérald Darmanin80, et le 9 juin 2020, la cour d'appel de Paris ordonne la reprise des investigations sur l'accusation de viol, harcèlement sexuel et abus de confiance81,82,83. Les avocats de Gérald Darmanin ne nient pas les faits, mais contestent le qualificatif de viol84.
    En juillet 2020, sa nomination au ministère de l'Intérieur rencontre une vive opposition des mouvements et de militantes féministes dès sa prise de pouvoir, et ceci en pleine reprise des investigations concernant son accusation pour viol, harcèlement sexuel et abus de confiance85,86,87. Il bénéficie de la présomption d'innocence, principe judiciaire que certaines féministes combattent88.

    Publication


    • Chroniques de l'ancien monde, éditions de l'Observatoire, 2017.

    Détail des mandats et fonctions

    Au gouvernement


    • 2017-2020 : ministre de l'Action et des Comptes publics.
    • Depuis 2020 : ministre de l'Intérieur.

    À l’Assemblée nationale


    • 2012-2016 : député, élu dans la dixième circonscription du Nord.

    Au niveau local


    • 2008-2014 : conseiller municipal de Tourcoing.
    • 2008-2012 : conseiller métropolitain de la Métropole européenne de Lille.
    • 2010-2014 : conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais.
    • 2014-2017 ; 2020 : maire de Tourcoing.
    • 2014-2018 : quatrième vice-président de la Métropole européenne de Lille.
    • 2016-2020 : conseiller régional des Hauts-de-France.
    • 2016-2017 : deuxième vice-président du conseil régional des Hauts-de-France.
    • 2017-2020 : premier adjoint au maire de Tourcoing89.

    Autres


    • Membre du conseil d'administration de l’Institut d'études politiques de Lille90.
    • Depuis 2014 : président de la SEM Ville Renouvelée91.
    • Depuis 2016 : président du SMIRT92.
    EtienneCH4
    EtienneCH4
    + membre techno +

    département : sud Manche et centre Chine
    Messages : 5991
    Date d'inscription : 09/09/2015
    Age : 79
    Localisation Lapenty et Wuhan

    Revenir en haut Aller en bas

    default Re: Gerald Moussa DARMANIN ministre de l'intérieur ??

    Message par lapin désenchanté le Jeu 16 Juil 2020, 08:11

    c'est dingue de profiter de son pouvoir pour obtenir une relation sexuelle
    et en plus récidiviste...
     le mec qu'est rien et que sa démange se prend perpétuité si il bouge le petit doigts (du bas)  :réfléchi

    la justice c'est du grand n'importe quoi!

    DSK il a plongé à cause d'une grosse pute d'hôtel qui n'était plus une pute juste le jour de l'(agression)
     mais une pute quand même vu l'hôtel et ses services apportés aux clients ... pas une fille qui réclamait de l'aide sociale : rr

    Pour moi dans l'échelle de la justice Darmanin vaut bien un DSK si ce n'est pire!
    lapin désenchanté
    lapin désenchanté
    + membre techno +

    Messages : 3848
    Date d'inscription : 05/02/2015
    Age : 54
    Localisation Outre-tombe

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum