AGRICULTURE - CONVIVIALITÉ - ENVIRONNEMENT (A.C.E)
Bonjour et bienvenue sur ACE !!!!

Enregistrez-vous sur le forum et n'oubliez pas de renseigner votre profil.

Avant de poster pour la première fois, veuillez avoir la politesse de vous présenter aux membres ( rubrique "Présentation des Nouveaux Membres"). Merci pour eux.


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

AGRICULTURE - CONVIVIALITÉ - ENVIRONNEMENT (A.C.E)
Bonjour et bienvenue sur ACE !!!!

Enregistrez-vous sur le forum et n'oubliez pas de renseigner votre profil.

Avant de poster pour la première fois, veuillez avoir la politesse de vous présenter aux membres ( rubrique "Présentation des Nouveaux Membres"). Merci pour eux.
AGRICULTURE - CONVIVIALITÉ - ENVIRONNEMENT (A.C.E)
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Sujets similaires
Statistiques
Nous avons 4961 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Justine

Nos membres ont posté un total de 3042710 messages dans 85878 sujets
larécolte

larecolte
dette de la France

compteur de la dette
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Adieu mes amis
    AgrimarneIvanquoiMassey8210CamomilleJMF 79
    Guilbart 2021
    le retour des avions renifleeurs Guilba10
    -21%
    Le deal à ne pas rater :
    SSD interne 2.5″ Crucial BX500 – 480Go
    33.71 € 42.41 €
    Voir le deal

    le retour des avions renifleeurs

    Aller en bas

    default le retour des avions renifleeurs

    Message par EtienneCH4 Mer 10 Juin 2020, 21:04

    l'histoire des avions renifleurs c'était une magouille montée par ELF dans les années 70 pour tirer de la monnaie et la remettre dans le circuit politique, aussi bien à gauche qu'à droite, en fonction des besoins, 
    c'était un  avion soi disant équipé de capteurs pour déceler les gisements pétroliers,
    ici ce sont les écolos qui vont se remplir les poches et les tiroirs, mais pas seulement les petits connards français, ça vole beaucoup plus haut, avec le CEA, jusqu'à l' ONU, 
    alors toi avec tes petits 5 m de bordure à récupérer, tu fais pas vraiment le poids, regardes ci après:
    en sachant que l'essence Fischer trops était déjà fabriquée en 1938 par les allemands, donc dire que c'est un nouvelle invention , c'est une énorme escroquerie,
    et le methane pourrait provenir de la méthanisation, attention à l'enfumage !!!!
    << 

    Bio kerosene

     

    Convertir le CO2 en kérosène : une piste pour le secteur aérien dans le « monde d’après »



    L'activité aérienne a connu un arrêt particulièrement brutal dans le contexte de l'épidémie de Covid-19. (©Pixabay)

    La société française Khimod a annoncé le 4 mai avoir produit du kérosène de synthèse à partir de CO2 et d’hydrogène avec une efficacité « proche du maximum théorique ». Une solution prometteuse alors que les moyens de réduire l’empreinte carbone du secteur aérien sont aujourd’hui particulièrement débattus, notamment dans le contexte du soutien public apporté à Air France(1).

    Du CO2 capté dans l’air pour produire du kérosène de synthèse ?

    La production de kérosène de synthèse par Khimod repose sur un procédé dit « Fischer-Tropsch » (du nom de deux chercheurs allemands ayant déposé un brevet dédié en 1923). Celui-ci consiste à convertir, à l’aide de catalyseurs, du monoxyde de carbone (CO) avec de l’hydrogène (H2) en différents hydrocarbures(2).

    Lors d’une campagne de tests menée à partir du printemps 2019 avec le CEA Liten à Grenoble, Khimod s’est concentrée sur la production d’un « premier brut d’hydrocarbures à forte teneur en composés carbonés C10-C12 caractéristique du kérosène ». La société indique avoir atteint à cette occasion un taux de conversion du CO en kérosène de l’ordre de 45% (le maximum théorique étant estimé à près de 50% pour un seul passage dans un réacteur).

    L’une des difficultés de cette conversion catalytique réside dans le contrôle de la température de la réaction (afin de consommer le catalyseur de façon optimale). C’est l’un des critères majeurs sur lesquels le procédé de Khimod se distingue aujourd’hui d’autres projets de production de kérosène de synthèse : « le design du réacteur-échangeur, avec ses canaux réactifs milli-structurés très compact et sa capacité de refroidissement hors norme par rapport aux réacteurs classiques permet un parfait contrôle de la température dans le lit catalytique avec une montée en température observée de 3°C maximum ».

    Une autre originalité du projet de Khimod est de valoriser du CO2 pour générer le CO nécessaire à la réaction. Ce gaz à effet de serre a vocation à être capté au niveau de sites industriels ou d’installations de méthanisation, ou même directement dans l’air ambiant (Khimod a déjà produit en 2018 du méthane de synthèse à partir de CO2 « aspiré » dans l’air, dans le cadre du projet Store&Go avec la société suisse Climeworks(3)). L’hydrogène utilisé par Khimod sera quant à lui être produit par électrolyse de l’eau(4) en ayant recours à de l’électricité décarbonée.

    Une industrialisation d’ici à 5 ans ?

    Les recherches de Khimod s’inscrivent dans le cadre du projet Heat-to-Fuel soutenu par la Commission européenne(5). La société poursuit ses tests avec le CEA Liten sur son réacteur-échangeur « en vue d’optimiser les échanges thermiques et les conditions opératoires ». D’ici à fin 2020, un réacteur de plus grande échelle doit être fourni à un site de gazéification en Autriche pour une campagne d’essais d’au moins 12 mois.

    Khimod estime pouvoir potentiellement produire à grande échelle son kérosène de synthèse d’ici à 5 ans. Cet horizon de temps part du principe d’un engagement - volontaire ou contraint - du secteur aérien pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. La compétitivité de ce kérosène de synthèse dépendra en particulier d’une taxation carbone à la hauteur des enjeux climatiques. À titre indicatif, Khimod produit par ailleurs avec son réacteur-échangeur du méthane de synthèse, compétitif avec le méthane d’origine fossile « avec une taxe carbone de l’ordre de 120 à 150 €/t CO2 et un prix de l’électricité basé sur les coûts de production de l’ARENH ».

    Dans un premier temps, le kérosène de synthèse pourrait être incorporé dans les carburants actuellement utilisés dans des proportions de 10 à 50% (il pourrait théoriquement être utilisé comme carburant « pur » mais cela nécessiterait des adaptations des moteurs d’avions).

    Pour rappel, l’aviation civile aurait émis près de 915 millions de tonnes de CO2 en 2019 selon l’Air Transport Action Group (ATAG)(6) qui représente le secteur. Cela constitue près de 12% des émissions annuelles de CO2 liées aux transports dans le monde (et plus de 2% de l’ensemble des émissions mondiales de CO2). Outre la réduction du trafic aérien (improbable au vu des projections actuelles(7)), le recours aux biocarburants a longtemps été la piste privilégiée pour réduire les émissions du secteur mais celle-ci se heurte aujourd’hui à d’importants conflits d’usage avec l’alimentation.

    dernière modification le 11 mai 2020

    Sources / Notes


    1. Coronavirus : Bruxelles autorise le soutien français à Air France, Les Échos, 4 mai 2020.
    2. (2n+1)H2 + nCO → CnH2n+2 + nH2O.
    3. Projet Store&Go, Climeworks.
    4. Khimod participe par ailleurs au projet de « Power to gas » Jupiter 1 000, son réacteur permettant de produire du méthane de synthèse à partir de CO2 émis localement en le combinant à de l’hydrogène.
    5. Heat-to-Fuel, projet du programme européen Horizon 2020.
    6. Facts and figures, ATAG.
    7. En 2019, l’Organisation de l’aviation civile internationale (agence spécialisée de l’ONU) a estimé que le trafic aérien au niveau mondial était susceptible d’être multiplié par 3,3 d’ici à 2045.
      [url=https://www.connaissancedesenergies.org/sites/default/files/pdf-actualites/5 - ReducingAviationCO2-ChallengesAndOpportunities.pdf]Setting the scene: Aviation in-sector CO2 emissions reductions : trends and achievements, Neil Dickson (ICAO), avril 2020.[/url]
      La pétrochimie et l’aviation sont identifiées par l’Agence internationale de l’énergie (AIE) comme les deux principaux secteurs susceptibles de faire augmenter la consommation mondiale de pétrole d’ici à 2040.





    Convertir le CO2 en kérosène : une piste pour le secteur aérien dans le « monde 'activité aérienne a connu un arrêt particulièrement brutal dans le contexte de l'épidémie de Covid-19. (©Pixabay)

    La société française Khimod a annoncé le 4 mai avoir produit du kérosène de synthèse à partir de CO2 et d’hydrogène avec une efficacité « proche du maximum théorique ». Une solution prometteuse alors que les moyens de réduire l’empreinte carbone du secteur aérien sont aujourd’hui particulièrement débattus, notamment dans le contexte du soutien public apporté à Air France(1).

    Du CO2 capté dans l’air pour produire du kérosène de synthèse ?

    La production de kérosène de synthèse par Khimod repose sur un procédé dit « Fischer-Tropsch » (du nom de deux chercheurs allemands ayant déposé un brevet dédié en 1923). Celui-ci consiste à convertir, à l’aide de catalyseurs, du monoxyde de carbone (CO) avec de l’hydrogène (H2) en différents hydrocarbures(2).

    Lors d’une campagne de tests menée à partir du printemps 2019 avec le CEA Liten à Grenoble, Khimod s’est concentrée sur la production d’un « premier brut d’hydrocarbures à forte teneur en composés carbonés C10-C12 caractéristique du kérosène ». La société indique avoir atteint à cette occasion un taux de conversion du CO en kérosène de l’ordre de 45% (le maximum théorique étant estimé à près de 50% pour un seul passage dans un réacteur).

    L’une des difficultés de cette conversion catalytique réside dans le contrôle de la température de la réaction (afin de consommer le catalyseur de façon optimale). C’est l’un des critères majeurs sur lesquels le procédé de Khimod se distingue aujourd’hui d’autres projets de production de kérosène de synthèse : « le design du réacteur-échangeur, avec ses canaux réactifs milli-structurés très compact et sa capacité de refroidissement hors norme par rapport aux réacteurs classiques permet un parfait contrôle de la température dans le lit catalytique avec une montée en température observée de 3°C maximum ».

    Une autre originalité du projet de Khimod est de valoriser du CO2 pour générer le CO nécessaire à la réaction. Ce gaz à effet de serre a vocation à être capté au niveau de sites industriels ou d’installations de méthanisation, ou même directement dans l’air ambiant (Khimod a déjà produit en 2018 du méthane de synthèse à partir de CO2 « aspiré » dans l’air, dans le cadre du projet Store&Go avec la société suisse Climeworks(3)). L’hydrogène utilisé par Khimod sera quant à lui être produit par électrolyse de l’eau(4) en ayant recours à de l’électricité décarbonée.

    Une industrialisation d’ici à 5 ans ?

    Les recherches de Khimod s’inscrivent dans le cadre du projet Heat-to-Fuel soutenu par la Commission européenne(5). La société poursuit ses tests avec le CEA Liten sur son réacteur-échangeur « en vue d’optimiser les échanges thermiques et les conditions opératoires ». D’ici à fin 2020, un réacteur de plus grande échelle doit être fourni à un site de gazéification en Autriche pour une campagne d’essais d’au moins 12 mois.

    Khimod estime pouvoir potentiellement produire à grande échelle son kérosène de synthèse d’ici à 5 ans. Cet horizon de temps part du principe d’un engagement - volontaire ou contraint - du secteur aérien pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. La compétitivité de ce kérosène de synthèse dépendra en particulier d’une taxation carbone à la hauteur des enjeux climatiques. À titre indicatif, Khimod produit par ailleurs avec son réacteur-échangeur du méthane de synthèse, compétitif avec le méthane d’origine fossile « avec une taxe carbone de l’ordre de 120 à 150 €/t CO2 et un prix de l’électricité basé sur les coûts de production de l’ARENH ».

    Dans un premier temps, le kérosène de synthèse pourrait être incorporé dans les carburants actuellement utilisés dans des proportions de 10 à 50% (il pourrait théoriquement être utilisé comme carburant « pur » mais cela nécessiterait des adaptations des moteurs d’avions).

    Pour rappel, l’aviation civile aurait émis près de 915 millions de tonnes de CO2 en 2019 selon l’Air Transport Action Group (ATAG)(6) qui représente le secteur. Cela constitue près de 12% des émissions annuelles de CO2 liées aux transports dans le monde (et plus de 2% de l’ensemble des émissions mondiales de CO2). Outre la réduction du trafic aérien (improbable au vu des projections actuelles(7)), le recours aux biocarburants a longtemps été la piste privilégiée pour réduire les émissions du secteur mais celle-ci se heurte aujourd’hui à d’importants conflits d’usage avec l’alimentation.

    dernière modification le 11 mai 2020

    Sources / Notes


    1. Coronavirus : Bruxelles autorise le soutien français à Air France, Les Échos, 4 mai 2020.
    2. (2n+1)H2 + nCO → CnH2n+2 + nH2O.
    3. Projet Store&Go, Climeworks.
    4. Khimod participe par ailleurs au projet de « Power to gas » Jupiter 1 000, son réacteur permettant de produire du méthane de synthèse à partir de CO2 émis localement en le combinant à de l’hydrogène.
    5. Heat-to-Fuel, projet du programme européen Horizon 2020.
    6. Facts and figures, ATAG.
    7. En 2019, l’Organisation de l’aviation civile internationale (agence spécialisée de l’ONU) a estimé que le trafic aérien au niveau mondial était susceptible d’être multiplié par 3,3 d’ici à 2045.
      [url=https://www.connaissancedesenergies.org/sites/default/files/pdf-actualites/5 - ReducingAviationCO2-ChallengesAndOpportunities.pdf]Setting the scene: Aviation in-sector CO2 emissions reductions : trends and achievements, Neil Dickson (ICAO), avril 2020.[/url]
      La pétrochimie et l’aviation sont identifiées par l’Agence internationale de l’énergie (AIE) comme les deux principaux secteurs susceptibles de faire augmenter la consommation mondiale de pétrole d’ici à 2040.

    EtienneCH4
    EtienneCH4
    + membre techno +

    département : sud Manche et centre Chine
    Messages : 7192
    Date d'inscription : 09/09/2015
    Age : 81
    Localisation Lapenty et Wuhan

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum